CALYPSO ROSE

(TRINIDAD ET TOBAGO / CALYPSO)
Mardi 11 Juillet
Scène Paul Mas

Certaines personnes, dès le premier regard, nous inspirent de jolis sentiments, nous donnent envie de sourire, voire, lorsqu’elles sont comme Calypso Rose accompagnées par un petit ange facétieusement musicien, procurent à nos jambes une irrésistible envie de danser. Pourtant, aussi étrange que cela puisse paraître, il aura fallu quelques décennies avant que cette Calypso Queen ne franchisse les océans pour venir mettre un large sourire sur nos visages. Quelques décennies et une vingtaine d’albums avant que nous puissions, enfin, nous laisser envahir par la joie de vivre qui inonde chacune de ses chansons, par cette volonté festive qui fait de son répertoire hautement groovy un véritable bain de jouvence. Loin de ce petit coin de paradis caribéen qu’est l’île de Tobago qui l’a vu naître, berceau du calypso, cette musique carnavalesque haute en couleurs, Calypso Rose hisse désormais son étendard de liberté aux quatre coins de la planète. 

Avec une énergie hautement communicative, presque irréelle pour quelqu’un approchant les quatre-vingt printemps, elle monte sur scène pour faire pétiller nos yeux et danser nos corps à grands renforts de chansons chaloupées et joyeuses. Enfin, en apparence. Car à y regarder de plus près, on s’aperçoit que, sous ses airs festifs et rythmés, se cachent des hymnes à l’émancipation, à la lutte contre la  violence et l’injustice. On comprend mieux, dès lors, ce qui a pu la rapprocher de Manu Chao, croisé un jour à Port of Spain, la capitale de Trinité-et-Tobago, et venu prêter main-forte sur son récent “Far from home”, vingtième opus empli de cette fougue et de cette insolence qui la caractérise si bien. Il y a donc fort à parier que nombreux seront les cœurs à chavirer devant cette incroyable reine du groove sur cette petite île qu’est le Parc de Valmy lors des Déferlantes !   

 

Partager cette page