Iggy Pop

(US / ROCK)
Lundi 10 Juillet
Scène Mer

Il y a les artistes qui font partie, plus ou moins longtemps, de la grande histoire du rock. Et puis il y a ceux, nettement moins nombreux, qui en sont l’incarnation totale. Assurément, Iggy Pop fait partie de cette espèce rare, ces animaux sauvages qui ne s’apprivoisent que sur scène, et encore !... Depuis cinq décennies - déjà ! -, il est l’incarnation même d’un rock viscéral, reptilien, fou et diaboliquement sexuel, une partie de cette légende qu’il a contribué à forger, accompagné par ses mythiques Stooges, en libérant les esprits et ouvrant la voie, parfois de façon inconsciente, à nombre de groupes encore en activité aujourd’hui. Si tant d’autres sont partis au Valhalla musical, lui, malgré le temps qui passe trop vite et les excès qui ont scandé sa vie, est toujours là, prêt à créer des chansons et monter sur scène encore et encore, juste pour vivre ce moment unique où la folie des notes, la puissance des mélodies et le choc des mots se mêlent en un furieux sabbat. 

Flamboyant, vertigineux, bouillonnant, l’iguane est reparti à l’assaut des décibels avec un album, “Post pop depression”, composé et enregistré avec Josh Homme de Queens of the Stone Age, qui parle de crépuscule, d’anciennes amours et de mort mais qui, paradoxalement, le fait avec des accents musclés et furibards. De quoi lui permettre de repartir sur les routes en les mélangeant à ses plus grands titres, de «Search and destroy» à «I wanna be your dog» en passant par «Louie Louie», «Shake appeal» ou «Open up and bleed», pour réunir une fois encore en un seul et même élan toutes les générations dans un pogo fabuleux, dans une communion assourdissante et insouciante. Entre groove et rock, intensité et tendresse désenchantée, Iggy Pop remet pour nous le couvert et revient nous voir pour nous offrir une nouvelle goutte de TNT musical, histoire de mettre, encore une fois, le feu au Parc de Valmy.

Partager cette page